AEDH

La lutte contre les passeurs : 2e round d’EUNAVFOR MED

This post is also available in: enEnglish (Anglais)

Jeudi 24 septembre, à Rome, Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne, a officiellement annoncé que la 2e phase de l’opération Eunavfor Med débuterait le 7 octobre.

Pour mémoire, Eunavfor Med est la dénomination de l’opération militaire lancée fin juin par l’UE contre les passeurs de migrants opérant à partir de la Libye. Elle est dotée de moyens importants : 4 navires dont un porte-avion italien, 4 avions et 1 318 militaires venant de 22 pays.

Jusqu’à présent, l’opération était cantonnée à une surveillance des réseaux de passeurs. A compter du 7 octobre, les forces militaires pourront arraisonner les bateaux, les fouiller et les saisir.

En présentant ce projet devant le Conseil Défense qui s’est tenu à Luxembourg, le 2  septembre, Federica Mogherini a observé que "les renseignements recueillis lors de la première phase ont montré qu’à au moins seize reprises ces cinq dernières semaines, nous aurions pu poursuivre des trafiquants. Passer à l’étape suivante nous permettrait d’agir de manière efficace en opérant en haute mer", a-t-elle conclu. 

Précisons que, pour l’heure, ces interventions ne pourront être assurées que dans les eaux internationales tant que n’aura pas été obtenu le feu vert du Conseil de Sécurité des Nations Unies ou l’accord des deux autorités gouvernementales libyennes. Lorsque ce sera le cas, la phase 3 sera lancée et les forces militaires européennes interviendront alors dans les eaux libyennes.

Si l’objectif d’interpellation des passeurs est louable, on peut craindre cependant que ce mode d’intervention physique non seulement mette en danger les migrants embarqués mais soit, en fait, insuffisant. L’arraisonnement de passeurs ne saurait mettre fin à un trafic jugé si lucratif ; pour quelques uns interpellés, d’autres méthodes, d’autres voies de passage ne manqueront pas d’apparaître.

On peut ainsi penser que, pour être efficace, la lutte contre les passeurs devrait moins prendre la forme d’une guerre navale que s’attacher à identifier et éradiquer les réseaux – et leurs chefs.

Voir :

Conseil défense informel, Luxembourg, 2-3 septembre 2015

En français uniquement : http://www.eu2015lu.eu/fr/actualites/articles-actualite/2015/09/03-info-defense/index.html

Compte AEDH