AEDH

Eurostat – Acquisitions de nationalité dans l’UE en 2015

Selon la dernière publication d’Eurostat en la matière, les États membres de l’UE ont octroyé la nationalité à près de 840 000 personnes en 2015, soit 40 000 personnes de moins qu’en 2014. On constate que ce chiffre est en diminution constante depuis 2013, où 980 000 naturalisations avaient été enregistrées. 

Les Marocains figurent en tête des ressortissants ayant acquis la nationalité d’un État membre en 2015 (86 100 personnes, dont 88% ont obtenu la nationalité française, italienne ou espagnole), suivis des Albanais (48 400, dont 96% ont obtenu la nationalité italienne ou grecque) et des Turcs (35 000). De manière générale, 87% des personnes ayant obtenu la nationalité d’un État membre en 2015 étaient ressortissantes de pays tiers.

Mais des citoyens européens demandent également la nationalité d’un autre État membre : en 2015, ils ont été près de 105 000 à faire cette démarche, notamment des Roumains (28 400) et des Polonais (17 800).

Une personne sur cinq ayant obtenu une nationalité de l’UE en 2015 est devenue citoyen de l’Italie (178 000 personnes, soit 21% de toutes les naturalisations dans l’UE). Suivaient le Royaume-Uni, l’Espagne, la France (14% chacun), et l’Allemagne (13%).

Les pays enregistrant les taux de naturalisation[1] les plus élevés sont la Suède et le Portugal ; ceux enregistrant les taux les plus faibles, l’Estonie, la Slovaquie, la République tchèque et la Lettonie.

  • Lire l’article d’Eurostat [ENG]
  • Lire le communiqué de presse [FR] [ENG]

 


[1] Le taux de naturalisation est le rapport entre le nombre de personnes ayant acquis la nationalité d’un pays au cours d’une année et le nombre de résidents étrangers dans le même pays au début de l’année.

webmin