AEDH

Dialogue avec l’Arménie sur la question des Droits de l’Homme

Un dialogue sur la situation actuelle en matière de Droits de l’Homme en Arménie a eu lieu au EEAS ce jeudi 16 mai 2019, récapitulant le contenu de la discussion qui s’est tenue à Bruxelles sur ce même thème le 8 avril dernier. Les représentants de l’Union européenne présents à cette réunion sont restés sceptiques quant à la position de l’Arménie sur le respect des droits de l’Homme, les standards internationaux n’étant pas réellement respectés.

Cette discussion a tourné autour de plusieurs points principaux. Tout d’abord a été évoqué le besoin de créer une nouvelle législation en rapport avec les droits des femmes, des enfants, afin de leur apporter une protection plus importante.

Le second point était lié à l’égalité des genres, au problème des violences domestiques, et l’égalité de manière plus globale. En mai devrait par ailleurs être voté un amendement dans ce pays en rapport avec les violences domestiques.

Il ressort de ce rapport sur la réunion du 8 avril que la priorité doit rester les droits de l’Homme, et pour cela il faut un support budgétaire. L’Union encourage notamment l’Arménie à continuer dans cette voie, et adopter davantage de textes de loi en faveur des personnes souffrant de violences, de discrimination, d’inégalité. Elle appelle également le pays à adopter la Convention d’Istanbul.

Un troisième point a été abordé sur les problèmes de corruption, et sur une nécessaire réforme de la justice. Ensuite, la discuté a porté sur les actes de discrimination, le développement nécessaire des droits des personnes en situation de handicap, sur le fait d’encourager une réforme pour une plus grande liberté des médias et de la presse, sur la liberté de rassemblement, de religion.

Un autre point était sur le renforcement des droits du travail et de la sécurité au travail, avec l’élaboration pour le Ministère concerné d’un programme sur cinq ans.

L’Union européenne encourage par ailleurs l’Arménie à accéder au protocole n°2 de la Convention de Genève, et ce le plus rapidement possible. Au moment de la réunion du 8 avril, il a été relevé que les autorités n’étaient pas assez transparentes à ce sujet.

Enfin, une prochaine discussion aura lieu au mois de juin sur un accord de partenariat, entre le Conseil et l’Arménie. Les points abordés précédemment seront remis à l’ordre du jour, dans un format plus succin.

webmin