Selon le HCR, une nouvelle personne « déplacée » toutes les 3 secondes, dans le monde

20 juin 2017 -  À la veille de la journée mondiale du réfugié, le HCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés) a publié son rapport statistique annuel sur les Tendances mondiales en matière d’asile.

Le constat est accablant : fin 2016, on comptabilisait 65,6 millions de personnes déracinées à travers le monde ; c’est le chiffre le plus élevé jamais observé depuis la création de l’Agence en 1950 et cela représente une population équivalente au 20e pays du monde ; plus que le Royaume-Uni !

Parmi ces personnes déplacées, 22,5 millions sont des réfugiés (pour moitié des enfants) et 2,8 millions des demandeurs d’asile. Parmi ceux-là on dénombre au moins 75 000 enfants mineurs non accompagnés, ce qui équivaut à un doublement de leur nombre depuis 2014.

En chiffres absolus, la Syrie compte toujours le nombre le plus élevé de déplacés avec 12 millions de personnes (65 % de la population) déplacées internes ou réfugiées en dehors du pays. Si l’on fait abstraction de la crise prolongée des réfugiés palestiniens, les Colombiens (7,7 millions) et les Afghans (4,7 millions) restent les deuxièmes et troisièmes populations les plus touchée, suivies des Iraquiens (4,2 millions). En outre, quelque 3,3 millions de Sud-Soudanais ont fui leurs foyers à la fin de l’année, dans ce qui est devenu la crise de déplacement avec la plus forte croissance dans le monde.

Selon le rapport, à la fin de l’année 2016, à l’échelle mondiale, 84 % des réfugiés se trouvaient dans des pays en développement ou à revenu moyen ; une personne sur trois (soit 4,9 millions de personnes) était accueillie dans un des pays les moins développés. En Europe, c’est la Turquie qui enregistre le plus grand nombre de réfugiés : 2,9 millions, en grande majorité des Syriens.

Au vu de ces données, Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a appelé « d’une manière plus pressante que jamais, au besoin de solidarité et d’une volonté commune pour prévenir et résoudre les crises, et pour veiller ensemble à ce que partout dans le monde, les réfugiés, les déplacés internes et les demandeurs d’asile soient protégés et pris en charge de manière efficace pendant la recherche de solutions »

 

Lire le rapport du HCR

- En anglais

- En espagnol

Lire le communiqué de presse du HCR :

- En français

- En anglais

- En espagnol

- En allemand

- En italien

- En portugais

 

 

Retour à la page précédente