Les droits de l’enfant menacés par la proposition de réforme d’EURODAC. L’AEDH et EuroMedRights exhortent les autorités compétentes à protéger les intérêts de l’enfant

Télécharger ce document

Télécharger ce document

Dans une lettre adressée aux Ministres de l’Intérieur, aux représentants au Conseil JAI et aux députés européens en charge du dossier, l’Association européenne pour la défense des droits de l’homme (AEDH) et EuroMedRights exhortent les législateurs à s’opposer à la proposition de réforme d’EURODAC qui réduit l’âge auquelles empreintes digitales et les images faciales sont enregistrées de 14 ans à 6 ans. Le Parlement européen, la Commission et le Conseil discuteront dans quelques jours si des mesures de coercition peuvent être appliquées pour obtenir des empreintes digitales ou des images faciales d’enfants dès l’âge de 6 ans. L’AEDH et EuroMedRights demandent la protection des droits des enfants, tant dans la proposition EURODAC que dans les prochaines négociations sur la réforme du Régime d’Asile Européen Commun.

Retour à la page précédente