L’AEDH lance un appel pour le respect de la démocratie et des droits de l’Homme partout en Europe

29 mai 2017 - L’Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH) suit avec une grande préoccupation les atteintes aux droits civiques et politiques dans les pays de l’Europe centrale et orientale. Sa préoccupation concerne le travail de longue date sur la promotion des réformes démocratiques de 1989 à nos jours. Aujourd’hui malheureusement, ces pays sont confrontés à un nouveau défi pour la démocratie et les droits fondamentaux singulièrement en Roumanie mais aussi dans toute la région où des groupes de plus en plus nombreux et bien organisés travaillent à éroder les bases démocratiques de ces sociétés.

Après la Hongrie en 2011, puis en suivant les exemples croates et slovaques, qui ont cédé à la pression de groupes et d’organisations religieuses conservatrices, un projet de référendum vise à redéfinir dans la Constitution roumaine la famille comme une union entre un homme et une femme. L’initiative citoyenne visant à modifier la Constitution a été présentée au début du mois de mai à la Chambre des députés et le Sénat devrait faire de même au début du mois de juin. Les principaux partis parlementaires (social-démocrate, conservateur, parti hongrois, et les représentants de minorités ainsi qu’un nouveau parti fondé sur les droits civils) ont voté en faveur de cette initiative.

Bien que le discours officiel de la campagne pour changer la Constitution présente l’initiative comme démocratique, ses partisans développent un vif discours de haine contre les groupes LGBT et les groupes féministes, et contre toutes celles et tous ceux qui soutiennent les droits civiques et fondamentaux telle l’égalité, la primauté du droit et les valeurs européennes. La Roumanie est déjà l’un des pays où les violences contre les personnes LGBT sont parmi les plus élevées de l’UE. La violence domestique, en particulier contre les femmes, est également très répandue, ainsi que l’inégalité d’accès à la santé et aux droits sexuels et reproductifs. Ce référendum agit comme un catalyseur pour les groupes religieux radicauxles et ultraconservatreurs qui visent non seulement les minorités et les femmes, mettant ainsi au défi les droits de l’Homme, mais expriment aussi leur méfiance dans la rationalité et la connaissance scientifique, bases pour une société moderne et démocratique.

L’AEDH appelle à être très attentif à ces développements en Roumanie et dans la région et à un faire preuve d’un efforts au niveau européen pour limiter les effets de l’ultra conservatisme religieux militant et à défendre les droits et les valeurs qui font de nos pays européens des pays démocratiques. L’AEDH regrettent que des partis politiques roumains soient vulnérables aux pressions de ces groupes extrémistes. L’AEDH demande aux institutions européennes de questionner les acteurs politiques en Roumanie et dans la région en ce qui concerne leurs engagements démocratiques. L’AEDH considère que le projet européen est à la croisée des chemins et qu’il faut réaffirmer l’ engagement envers sa viabilité et ses fondements, la démocratie, la solidarité et les droits de l’Homme.

Retour à la page précédente